Sonos a fait sensation en janvier lorsqu’il a poursuivi Google pour avoir prétendument volé sa propriété intellectuelle. Aujourd’hui, Google lui rend la pareille.

Le géant de la technologie a intenté une contre-attaque contre Sonos, alléguant que la société de produits audio pour toute la maison a enfreint cinq brevets différents de Google. Ces brevets concernent le réseau maillé, l’annulation de l’écho, la gestion des droits numériques, les notifications de contenu et la recherche personnalisée.

Dans son procès initial, Sonos a affirmé que, pendant la période où il était en partenariat avec Google pour apporter Google Play Music et Google Assistant à la plate-forme, Google aurait recueilli des connaissances sur le système audio sans fil de Sonos qu’il a ensuite utilisées pour créer sa propre gamme de haut-parleurs multiroom.

Google vend plusieurs haut-parleurs sans fil intelligents, notamment le Google Nest Mini, le Google Home et le Google Home Max, mais Google a contesté les allégations à l’époque et a déclaré à journal de geek qu’il “les défendra vigoureusement.”

C’est là qu’intervient la contre-attaque de Google. Dans une déclaration à journal de geek, Jose Castaneda, porte-parole de Google, a déclaré que la société était “déçue que Sonos ait fait de fausses déclarations sur notre collaboration et notre technologie.”

“Nous nous défendons à contrecœur en faisant valoir nos droits de brevet”, a déclaré Castaneda. “Alors que nous cherchons à résoudre notre différend, nous continuerons à faire en sorte que nos clients communs aient la meilleure expérience en utilisant nos produits.”

Google a traditionnellement évité d’engager des poursuites judiciaires dans le passé. Le fait qu’il prenne ce type d’action juridique, en particulier contre un partenaire comme Sonos, est quelque peu sans précédent. Mais selon les parties de la plainte partagées avec journal de geek, Google pense qu’il y a du mérite à prendre ces mesures.

“Google est fier de son partenariat de plus de cinq ans avec Sonos et a travaillé de manière constructive avec Sonos pour que les produits des entreprises fonctionnent de manière transparente en construisant des intégrations spéciales pour Sonos. Par exemple, lorsque Google a mis en place la possibilité de définir un haut-parleur Sonos comme option par défaut pour Google Assistant, c’était la première fois que Google faisait cela pour une entreprise partenaire. Sonos a fait de fausses déclarations sur le travail commun des deux entreprises et sur la technologie de Google dans les poursuites qu’elle a intentées contre Google plus tôt cette année. Bien que Google poursuive rarement d’autres entreprises pour violation de brevets, il doit ici faire valoir ses droits de propriété intellectuelle.

“Sonos viole activement la propriété intellectuelle de Google. Sonos ne dispose d’aucune licence pour utiliser les brevets de Google. Parce que Sonos refuse de cesser sa violation et ne veut pas reconnaître la valeur de la technologie de Google par le biais d’une licence, Google a intenté ce procès pour protéger sa propriété intellectuelle.”

Sonos a publié cette réponse du PDG de Sonos, Patrick Spence, à journal de geek :

“Au lieu d’aborder simplement le fond de notre affaire et de nous payer ce qui nous est dû, Google a choisi d’utiliser sa taille et son étendue pour essayer de trouver des domaines dans lesquels ils peuvent exercer des représailles. Nous avons hâte de gagner notre procès initial, ainsi que ce nouveau procès.

“Comme nous l’avons vu dans le passé avec Eero, et plus récemment avec Zoom, Google semble n’avoir aucune honte à copier les innovations de plus petites entreprises américaines dans leurs tentatives d’étendre leurs monopoles de recherche et de publicité à de nouvelles catégories.

“Nous sommes surtout tristes de voir qu’une entreprise autrefois innovante, dont la mission est de “ne pas faire le mal”, évite d’aborder le fait qu’elle a enfreint nos inventions et se tourne vers des tactiques musclées que les barons voleurs d’autrefois auraient applaudies.”

Il ne semble pas que ce conflit sera résolu rapidement, mais l’issue pourrait être désordonnée. Si Sonos et Google rompent leur partenariat à cause de ces procès, les services vocaux et musicaux de Google pourraient, de manière réaliste, quitter la plate-forme Sonos.

Sonos disposerait toujours d’un catalogue solide d’autres services de streaming musical sans Google Play Music, et le support vocal Amazon Alexa resterait en l’absence de Google Assistant. Essentiellement, il est fort probable que Sonos survive sans Google comme partenaire, mais ses services seraient beaucoup moins accessibles pour les personnes investies dans l’écosystème Google, ce qui serait sans aucun doute un coup dommageable pour toutes les parties concernées.

Recommandations de la rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.